vintners hero image

Portrait de Producteur - 29 décembre 2021

L'oeuvre d'un artisan vigneron donne vie au rêve d'un passionné: Domaine Belargus

Le partimoine créé par Jo Pithon continue avec le domaine Belargus, un projet bâtit par un homme d'affaire passionné de vin, Ivan Massonat

Written by

Aleks Zecevic

Si vous êtes amateur de Chenin Blanc, vous connaissez probablement le travail de Jo Pithon et vous vous demandez peut-être ce qu'il est advenu de ses étiquettes colorées qui ornaient les bouteilles de ses vins remarquables. En 2018, Ivan Massonat, homme d'affaires parisien, avait racheté l'entreprise viticole Pithon-Paillé à ce viticulteur renommé et précurseur du Val de Loire. A ce moment, le rêve de l'amateur de vins de Massonat rencontre le souhait de Pithon de trouver un parfait prétendant pour reprendre ses vignes et perpétuer leur héritage de micro terroirs diversifiés.

À l'approche de la retraite et sans successeur, Pithon et son épouse Isabelle cherchaient un repreneur qui poursuivrait le travail et la philosophie de leur vie. Il a sympathisé avec Massonat lors d'une foire aux vins à Angers, où les deux se sont rencontrés pour la première fois. Partageant des philosophies similaires sur le vin, l'agriculture biologique et biodynamique et l'expression du terroir, Massonat a reconnu la sagesse et l'expérience de Pithon, ainsi que le potentiel de qualité. Pendant ce temps, Pithon a reconnu la passion et le dévouement de Massonat. L’affaire était dans le sac !

Ce n'était d’ailleurs pas le premier rodéo de Massonat. Il était auparavant investisseur minoritaire dans les producteurs bourguignons Thibault Liger-Belair et Philippe Pacalet. Cependant, c’est dans la vallée de la Loire qu’il décida donc d'acheter un domaine viticole, à proximité de sa maison de vacances située à Chinon. Le Coteau des Treilles, ce vignoble unique de Chenin Blanc travaillé et magnifié par Pithon devint le coeur du reve. Au domaine de Pithon, Ivan Massonat a acheté quelques autres parcelles voisines pour compléter le domaine, qui se concentre uniquement sur la culture du Chenin Blanc. Le Domaine Belargus, à travers le prisme de ce cépage, s'attache à exprimer la diversité des terroirs d'où proviennent les raisins. La mise en valeur des qualités des parcelles individuelles s'est inspirée des climats de Bourgogne.

L'histoire du Domaine Belargus commence donc dans la pure passion, l'expression du terroir et la persévérance, manifestées à travers un seul cépage - le Chenin Blanc. Le domaine s'étend sur 24 hectares (59 acres) dans certains des meilleurs vignobles de l'Anjou Noir (du nom de la couleur sombre de ses sols de schiste). Contrairement à l'Anjou Blanc qui repose sur du calcaire dans le Saumurois, l'Anjou Noir repose sur des sols sombres et schisteux. La différence de sol a un impact incroyable sur les vins produits dans ces deux régions.

Depuis le XIe siècle, les plantations de vignes parsemaient les coteaux avant d'atteindre leur apogée au XIXe siècle lorsque les vins d'Anjou figuraient en bonne place sur les tables royales à travers l'Europe. La chute fut rapide. Après les deux guerres mondiales et un passage à la mécanisation lourde de l'agriculture, les vins d'Anjou voient leur déclin. Comme le reste de la Loire, l'Anjou s’est alors bâti une réputation peu reluisante en produisant des vins peu impressionnants, plutôt ternes malgré un terroir magnifique.

Jo Pithon et ses contemporains ont déclenché la révolution en Anjou, ramenant l'ancienne renommée du Chenin Blanc et des terroirs dans lesquels il pousse. Le Domaine Belargus poursuit cet héritage par le travail de l’équipe désormais en charge. Quant à savoir qui supervise quoi, Pithon est resté au Domaine en tant que consultant, apportant son expérience et sa sagesse, et Massonat a également fait venir de jeunes talents - le vigneron Adrien Moreau et le chef de vignoble Amaury Chartier. Guy Bossard, également connu sous le nom de Pape du Muscadet et l'un des premiers à adopter l'agriculture biodynamique, est également impliqué, apportant ses connaissances et son expérience.

Une équipe comme celle-ci serait bien inutile sans un terroir de qualité. Respectant la nature et utilisant les principes de la biodynamie,le domaine cultive certains des meilleurs terroirs de la région. Les Quarts-de-Chaume (grand cru), constituant la majeure partie du domaine, s'étendent sur 10 hectares et s'articulent autour des trois parcelles composant historiquement l'appellation. Le Coteau des Treilles (monopole), coteau sauvage et escarpé au cœur d'un parc naturel régional, s'impose comme le summum de la qualité pour Jo Pithon. Enfin, le Clos des Ruchères (monopole) à Savennières, planté à flanc de coteau, envoûte de schistes violets.

Les vins secs sont au centre de la cave en raison de leur expression honnête, sans que les sucres ne puissent masquer les défauts et les imperfections. Des vins liquoreux sont également disponibles puisque c'est aussi la tradition du Layon et des Quarts-de-Chaume, mais seulement les années exceptionnelles où il y a assez de pourriture noble (botrytis) sur les raisins.

Tous les vins du Domaine Belargus sont pleins de vie, révélant leur terroir et le style du domaine. Chaque vin est unique. Partant du bas de la pyramide, « l'Anjou Noir » est une cuvée qui représente la partie ouest de l'Anjou du même nom. Il s'agit d'un assemblage de quatre parcelles de vigne, représentatives de l'ensemble du domaine Belargus et des schistes dans lesquels pousse le Chenin.

Dans la gamme suivante, le domaine produit deux vins, Les Gaudrets et Clos des Ruchères. Les Gaudrets sont issus d'un ensemble de parcelles sur les hauteurs du village de Savennières, plantées sur des sols sablonneux au-dessus de schistes noirs, exprimant le profil de terroir le plus répandu dans l'aire d'appellation. En revanche, le Clos des Ruchères est un monopole dont Massonat aime à dire qu'il est traité comme un jardin. Il repose sur un coteau de schiste pourpre, où la vigne doit percer les roches fragiles en quête d'eau et de minéraux.

La continuation de la gamme est une aventure à travers Quarts-de-Chaume. Quatre cuvées différentes, Ronceray, Roueres, Veau et Quarts, sont toutes des parcelles distinctes de cette appellation qui mériterait le titre de “grand cru”. Bien que la région soit connue pour ses vins doux nobles, elle convient également à la production de vins secs de grande classe. Chaque vin met en valeur un micro terroir différent, et a donc une personnalité distincte.

Au sommet de la pyramide se trouvent les Bonnes Blanches et le Coteau des Treilles. Bonnes Blanches est une parcelle unique exposée au nord cultivée par des producteurs locaux au fil des ans. Les vignes poussent dans des schistes recouverts de talc de schiste et de quartz qui confèrent à cette cuvée un aspect élégant et délicat, un vrai vin de méditation.

Enfin, la parcelle signature du domaine est le Coteau des Treilles, vignoble en monopole ressuscité à la fin des années 1990 par Jo Pithon. Malgré une excellente position, la colline a été abandonnée après la Seconde Guerre mondiale en raison de pentes raides offrant une inclinaison de 30 à 70 %.

Après avoir acquis 70 parcelles de 25 propriétaires différents, Pithon a réinstallé le Chenin sur ces roches magmatiques, composées de spilites, de schistes, de grès et de poudingues qui transmettent sa complexité et sa minéralité au vin.

Ce vignoble se situe au cœur de la Réserve Naturelle de Pont-Barré, joyau de biodiversité protégée sans produits chimiques ni aérosols artificiels. C'est ici que vit le papillon bleu emblématique du domaine appelé Adonis blue, Polyommatus Bellargus. Le choix de Massonat de mettre ce même papillon comme symbole de sa cave témoigne de son respect pour la nature et le patrimoine. Dans cette optique, son rêve est d'amener Belargus à devenir l'un des domaines de référence du Chenin Blanc. Pour l'instant, il est sur la bonne voie.

More Stories

newsletter image

Intéressé?

Nous sommes actuellement en alpha privé. Abonnez-vous ci-dessous pour recevoir une invitation à l'avenir.

iphone photo

Stories


2022 ©Vintners. All rights reserved